Circulation routière à Bamako : Le travail de titan du Commissaire Abdoulaye Coulibaly et de ses hommes

Le Commandant de la Compagnie de la Circulation Routière (CCR), Abdoulaye Coulibaly et ses hommes abattent nuit et jour un travail de titan pour mettre de l’ordre dans la circulation à Bamako. Ils effectuent un travail professionnel.
Depuis sa nomination à la tête de la Compagnie de la Circulation Routière, le Commandant Abdoulaye Coulibaly a pris de nombreuses initiatives dans le cadre de l’amélioration de la fluidité de la circulation. La présence policière a été renforcée au niveau des carrefours. Ce dispositif mis en place avec la bénédiction de sa hiérarchie, est aujourd’hui très visible à travers la ville de Bamako. A la différence des années précédentes, les éléments de la CCR sont aujourd’hui correctement habillés. Les week-ends, des patrouilles de grande envergure, des patrouilles motorisées avec des alcotests sont organisées pour traquer les conducteurs qui se livrent à la consommation de stupéfiants.
En dépit de quelques difficultés, la CCR a fait des efforts énormes pour contraindre les gros-porteurs à respecter les horaires de passage au niveau des grandes artères. Si les usagers du district profitent bien de la mise en œuvre de ces initiatives, les populations de Samè en sont les grands bénéficiaires. Les riverains de cette route internationale ont constaté depuis des mois l’engagement et la détermination des éléments de la CCR à réduire les cas d’accidents provoqués par les gros-porteurs. La satisfaction des populations étaient telle qu’elles ont décidé de décerner une attestation de reconnaissance au Commandant de la Compagnie de la Circulation Routière. L’une des innovations est aussi le déploiement aux heures de pointe d’un dispositif spécial à certains carrefours stratégiques de la ville.
Depuis trois semaines, le Commandant Abdoulaye Coulibaly a mis sur pied une brigade mobile constituée de policiers très expérimentés afin de déceler les fausses plaques d’immatriculation des véhicules. Cette brigade mobile a permis la saisie d’une vingtaine de véhicules.
« Depuis ma nomination le 02 décembre 2016, nous avons élaboré un dispositif qui s’est amélioré au fur et à mesure en fonction des besoins, des circonstances pour permettre aux usagers de circuler librement », nous a-t-il confié dans un entretien dont l’intégralité sera publiée dans notre prochaine parution.
Le Commissaire Abdoulaye Coulibaly manage une équipe de plus de 600 éléments. « Ce n’est pas facile. Chacun vient avec ses défauts et ses qualités. Il faut savoir prendre le temps de sensibiliser pour que ce dispositif puisse être bien vu. Aujourd’hui c’est une réalité », déclare-t-il.
En bon chef d’équipe, le Commissaire Coulibaly rend un hommage appuyé à ses hommes pour le sacrifice qu’ils ne cessent de consentir au service de la patrie. « Aujourd’hui, je ne dirai pas que la circulation à Bamako est à 100% normale mais nous avons résolu 70% à 80% des gros problèmes qui se posaient. De passage, je salue mes hommes pour les gros efforts qu’ils sont en train d’abattre. Ils se lèvent très tôt le matin….Ils sont en train de faire honneur à ce pays. Je leur rends un vibrant hommage », souligne-t-il.
Le Commandant de la CCR est très soucieux de la préservation de l’image du pays. Il œuvre constamment dans ce sens avec ses éléments. « Nous devons tout faire pour l’image du Mali. Dans les jours à venir, nous devons beaucoup plus œuvrer dans le sens de l’amélioration de la qualité de la circulation. Il faut que ça change », assène-t-il.
Il lance un appel aux populations. « Les gens doivent respecter la chaussée qui est réservée aux pistes cyclables, respecter les injonctions des policiers et surtout être patients. En cas de pluie, les usagers doivent arrêter de circuler car la pluie peut être source d’insécurité routière qui peut souvent engendrer des conséquences incalculables. Nous sommes là pour garantir la sécurité des usagers et nous serons toujours à leur disposition. Nous leur demandons de nous épauler, de nous aider contre les délinquants de la route », lance le Commandant de la CCR.

Bourama Camara
Source: Le Challenger (Spécial 2017)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest