Coordination des Associations et ONG féminines du Mali (CAFO) : Une commission intérimaire dénonce le Ministre Oumou Touré

La commission intérimaire de la CAFO a animé une conférence de presse hier mercredi pour informer l’opinion nationale sur la crise que traverse la Coordination des associations et ONG féminines du Mali (CAFO). Elle envisage d’organiser une marche de protestation pour l’ouverture des locaux de la CAFO et la démission de la présidente sortante qui a jusqu’au 10 juillet pour déposer sa démission.
La conférence était animée par Mme Mariko Mah Coulibaly, Secrétaire administrative de la CAFO. Elle avait avec à ses côtés Mme Sangaré Nana Couliblay, Chargée des questions de l’entreprenariat féminin, Mme Kouyaté Goundo Sissoko, Secrétaire aux Finances et une forte représentation de la gent féminine. D’entrée jeu, Mme Mariko Mah Coulibaly a lancé un appel à l’endroit de Mme Oumou Touré, présidente sortante et actuelle Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille afin qu’elle rende sa démission, conformément aux statuts et règlement intérieur de la structure. La fonction gouvernementale, a ajouté Mme Coulibaly, est incompatible avec celle de la présidence de la CAFO. « Elle ne peut pas être à la fois ministre et continuer à diriger la CAFO parce que c’est une organisation de la société civile qui appartient à toutes les femmes du Mali. La CAFO n’est pas la propriété d’une seule personne. Nous demandons donc à Oumou Touré de démissionner et de faire la passation des pouvoirs. Depuis sa nomination jusqu’à ce jour, elle n’a ni rencontré un seul membre de la CAFO, ni rendu sa démission et tous les bureaux sont fermés à clé » a-t-elle déploré.
Quant à Mme Kouyaté Goundo Sissoko, Secrétaire aux finances, elle a souligné que le mandat d’Oumou est arrivé à terme depuis 2013. Depuis ce jour, c’est une situation d’inégalité qui règne au sein de la CAFO, a-t-elle dit. Mme Kouyaté Goundo a affirmé que les membres de la CAFO ont démarché toutes les parties concernées, y compris le Premier ministre, en vue de résoudre le problème à l’amiable. Selon elle, tous leurs efforts ont été vains.
La déclaration du comité intérimaire explique que la fonction actuelle de la présidente sortante est incompatible avec la gestion de la CAFO. Depuis le 11 avril 2017, date de sa nomination en qualité de Ministre de la République, apprend-on dans la déclaration, elle devrait faire une passation de pouvoir conformément aux textes statutaires et règlementaires de l’organisation. « De cette date à maintenant, elle n’a ni rencontré les membres du bureau, ni présenté sa lettre de démission. Ainsi, c’est à la présidente sortante, aujourd’hui Ministre de la Promotion de Femme de l’Enfant et de la Famille, que nous demandons humblement de nous rendre les documents administratifs et les clés des bureaux de la CAFO. Ce qui sera un acte noble de sa part, car elle sait très bien que la CAFO est un partenaire stratégique du Ministère de la Femme de l’Enfant et de la Famille. Elle ne peut pas être juge et partie, c’est-à-dire Société Civile et Gouvernement. Compte tenu de cette situation qui prévaut, la commission intérimaire de la CAFO a décidé d’organiser une marche de protestation pour l’ouverture des locaux de la CAFO, avant le 10 juillet 2017 et demander à Oumou Touré de démissionner et permettre l’organisation d’une assemblée générale au mois d’octobre 2017 », peut- on lire dans la déclaration.
Bintou Diarra et Fousseyni Sogoba, stagiaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest