Fixation des prix du pain à Bamako : Boulangers, livreurs et boutiquiers scellent un accord

Suite à une médiation de bon office du Ministère du Commerce à travers la Direction Nationale du Commerce et de la Concurrence, les boulangers, livreurs et boutiquiers se sont mis d’accord sur les prix du pain à Bamako. Désormais, le gros pain sera cédé au consommateur au prix de 250 FCFA contre 350 FCFA et le petit pain à 125 FCFA. Un véritable ouf de soulagement pour les populations.
Les représentants des boulangers, des vendeurs de pain et des commerçants détaillants ont tenu une série de discussions au Ministère du Commerce.

La facilitation de ces pourparlers était assurée par le Directeur national du commerce et de la concurrence, Modibo Kéita. Tout cela sous l’œil vigilant du chef du département, Abdel Karim Konaté. Après deux jours de discussions, les différents partenaires se sont mis d’accord sur un protocole d’entente. Selon ce document, les boulangers s’engagent à donner le gros pain au livreur à 200 F CFA. Ce dernier le cédera à 225 F au boutiquier qui le revend aux consommateurs à 250 FCFA. Quant au petit pain, il sera vendu au livreur à 100 FCFA. Les boutiquiers l’auront à 112,5 F CFA et les consommateurs le paieront à 125 FCFA. Ces différents prix entreront en vigueur dès ce jeudi 8 septembre 2016.
« Nous, les commerçant ,détaillants, approuvons la décision qui a été prise hier par rapport à la situation du prix du pain », a déclaré Hama Abba Cissé, Président de la coordination de l’association et groupements des commerçants détaillants du Mali. Selon Hama Abba Cissé, les différentes parties se retrouveront d’ici la fin de la semaine pour analyser la suite à donner. Une autre décision forte de ces deux jours de discussion, a-t-il souligné, est la création d’un cadre de concertation. Au sein de ce cadre, les boulangers, livreurs et commerçants détaillants travailleront à trouver une solution à l’ensemble des problèmes posés par les uns et les autres.
«Je crois qu’on trouvera une solution. Il s’agit de voir exactement comment le livreur peut avoir quelque chose, comment le boulanger peut aussi avoir des bénéfices et nous-mêmes, la dernière chaîne, pouvons en bénéficier. C’est dans le cadre de concertation qu’on va définir toutes ces choses », a expliqué Hama Abba Cissé.
Pour Ababa Aoula Maïga, Président de l’association des revendeurs de pain du Mali, la solution convenue est acceptable. « Nous sommes d’accord parce que c’est pour la population. Les consommateurs doivent y gagner. C’est ce que nous voulons ».
Ahmed Dembélé dit Vieux du syndicat des boulangers, affiche un optimiste mesuré. « C’est juste un consensus. Demain, il peut y avoir du changement. C’est juste pour calmer les protagonistes et éviter des problèmes», a-t-il lancé. Il regrette l’incompréhension qui a abouti à cette situation avec les livreurs de pain. Ahmed Dembélé dit Vieux a estimé que les boulangers sont confrontés à des difficultés à savoir, la mauvaise production et la vente de leurs produits. La volonté des boulangers, a-t-il fait savoir, est de produire du pain de meilleure qualité pour le bonheur des consommateurs. «Il ne peut pas y avoir de meilleur pain sans y mettre le prix», a-t-il prévenu.
Le Président du syndicat des livreurs de pain du Mali, Hama Ousmane Touré, se réjouit nettement de ce protocole d’accord. « Dieu merci ! On a obtenu ce qu’on cherchait », a reconnu Hama Ousmane Touré. « On n’a pas croisé les bras. Je pense que la population a senti l’effort qu’on est en train de fournir. On ne pouvait pas vendre le pain à 350 FCFA. On s’est battu et finalement on a eu gain de cause donc on achète comme d’habitude le pain à la boulangerie à 200F, on le revend au boutiquier à 225 Francs et le boutiquier le donne à 250 F au consommateur », a-t-il martelé.
«Nous réclamons nos droits dans le strict respect des lois. Les boulangers constituent nos partenaires. Nous remercions Dieu. Personne n’a gagné. Ce sont les consommateurs qui ont gagné », a affirmé le président du syndicat des livreurs de pain. Hama Ousmane Touré remercie les plus hautes autorités du Mali notamment le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, le Premier ministre, Modibo Kéïta et le Ministre du commerce, Abdel Karim Konaté pour leur implication personnelle afin que les prix n’augmentent pas d’un centime.
Chiaka Doumbia et Bintou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest