Journées mondiales de la Femme rurale et de l’Alimentation : Place de la femme rurale dans le changement climatique et l’accès à la terre

Notre pays a célébré le jeudi dernier, la journée mondiale de la Femme Rurale couplée avec la commémoration de la Journée Mondiale de l’Alimentation. La cérémonie s’est déroulée dans la commune de Kalabougou, cercle de Dioila. Elle a enregistré la présence de Sangaré Oumou Ba, ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Kassoum Denon, ministre de l’Agriculture, Oumar Ibrahim Touré, Commissaire à la sécurité alimentaire, les autorités administratives de la localité, les représentants du système des Nations-Unies au Mali et plusieurs représentants du corps diplomatique.femme-rurale-001
En introduction, le ministre Kassoum et sa collègue Sangaré Oumou Ba ont invité le public à observer une minute de silence à la mémoire de Mme Coulibaly Fatoumata Siré Diakité, une brave dame qui incarnait le courage, la détermination et l’engagement pour la promotion et l’émancipation de la femme malienne, décédée à Paris.
Les thèmes des deux journées étaient les suivants : « Le climat change, l’alimentation aussi » pour la Journée Mondiale de l’Alimentation et, « Femmes rurales, changements climatiques et sécurisation foncière des exploitations agricoles » pour la Journée Mondiale de la Femme rurale.
La célébration conjointe de ces deux journées constitue une innovation et un engagement politique pris les deux départements concernés et leurs partenaires.
Le maire de la commune de Kalabougou, Mamadou Konaté, dans son mot de bienvenue, s’est réjoui du choix porté sur le cercle de Dioila et précisément sa commune pour la célébration de cet évènement. Selon lui, la célébration de ces journées permet de rassembler les femmes rurales qui jouent un rôle éminent dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
Pour la présidente de la Fédération Nationale des Femmes Rurales du Mali, Niakaté Goundo Kamissoko, l’occasion était bonne de souligner les difficultés que les femmes rurales traversent, notamment le manque d’espace d’aménagement, d’équipement et de terres agricoles. Elle a sollicité les autorités pour que les femmes rurales puissent s’impliquer davantage dans la pisciculture et l’élevage. Selon le ministre de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille, Sangaré Oumou Ba, ces deux journées sont célébrées dans un contexte marqué par la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Et d’indiquer que les récents actes posés par le gouvernement sont de nature à rassurer les paisibles populations car ils présagent de belles perspectives pour le retour définitif de l’administration sur toute l’étendue du territoire, la résolution définitive du conflit du nord et la tenue des prochaines élections locales. Elle a admiré tous les efforts que les femmes rurales font au quotidien, dans leurs foyers, dans la vie active en participant à la création des richesses pour réduire la pauvreté et leur présence dans les champs agricoles. « Notre souhait, c’est de vous voir aussi massivement dans les différentes instances de prise de décision pour défendre vos droits et pouvoir sécuriser vos exploitations agricoles. La loi n°2015-052 du 18 décembre relative à la promotion du genre dans les instances nominatives et électives vous en donne l’opportunité historique ».
Quant au ministre de l’agriculture, Kassoum Denon, il précisera que le thème de la Journée Mondiale de l’Alimentation, à savoir « Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi » a été choisi pour montrer l’importance du changement climatique dans l’environnement de notre écosystème et la nécessité de s’adapter à cette nouvelle donne. A l’en croire, cette adaptation passe par les innovations et des actions concertées visant à renforcer la résilience des exploitations agricoles face aux effets des changements climatiques.
La représentante de la FAO, Fatouma Djama Seid, a réitéré l’engagement de son institution à travailler en plein partenariat avec le gouvernement du Mali en vue d’améliorer la sécurité alimentaire et assurer les moyens de vie des populations les plus vulnérables.
A noter que le ministre de la promotion de la femme de l’enfant et de famille et celui de l’agriculture ont respectivement remis du matériel d’une valeur de 100 millions et 19 millions de FCFCA aux femmes rurales du Mali ainsi que des attestations de reconnaissance. La visite des stands par les officiels a clôturé la cérémonie.
Bintou Diarra*envoyé spécial à Dioila

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest