PARJEUF de l’Observatoire des Droits Humains et de la Paix : La Commune I amorce la seconde phase

La seconde phase du projet d’Appui au Renforcement de la participation des Jeunes et des Femmes au développement local (PARJEUF) de l’Observatoire des Droits Humains et de la Paix (ODHP) a été lancée le 23 septembre 2016 en commune I du district de Bamako. Au total, plus de 100 jeunes et femmes seront concernés dans les 6 communes de Bamako et celle de Ségou.odhp-01
Après la première phase du projet d’Appui au renforcement de la participation des jeunes et des femmes au développement local (PARJEUF) qui avait concerné 50 jeunes et femmes des 6 communes du district de Bamako et celle de Ségou sur les thèmes comme la communication, le plaidoyer, le suivi-évaluation, le suivi budgétaire (la reddition de compte) et le contrôle citoyen, cette seconde phase va toucher plus de 100 jeunes et femmes des mêmes localités.
« Nous nous réjouissons du choix porté sur notre commune pour bénéficier de cette formation sur la bonne citoyenneté », a souligné Alpha Zancoura Doumbia, 5èmeadjoint au maire de la Commune I du District de Bamako. Après avoir rappelé que sa commune joue un grand rôle en matière de citoyenneté, Alpha Zancoura Doumbia a invité les participants à être assidus durant toute la formation.
Selon Aguissa Ag Mohamed, Directeur Exécutif de l’ODHP, plusieurs autres thèmes seront débattus durant cette seconde phase du PARJEUF. Il s’agit, entre autres, de « Ma Commune » ; « La participation citoyenne » ; « Le Programme de Développement Economique, Social et Culturel de la Commune (PDESC) » et « La Reddition des comptes ». Pour le Directeur Exécutif, au-delà de ces journées d’information sur les problèmes des communes et de la sensibilisation sur la bonne citoyenneté, des causeries-débats, des émissions télé et radio, des plaidoyers et un espace d’interpellation démocratique sur les problèmes des jeunes et des femmes seront également initiés. « L’objectif recherché est la participation effective des jeunes et des femmes au développement local. C’est pourquoi, nous demandons leur implication totale. Nous attendons également d’eux de partager leurs expériences avec les concitoyens de toutes les autres communes du Mali », a-t-il ajouté.
Aguissa Ag Mohamed a enfin rappelé que ce projet a été financé par le bureau de Dakar de l’organisation internationale OSIWA pour une durée de 15 mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest