Reconstruction du marché rose de Bamako et des halles aux légumes : Le président de la République lance les travaux de reconstruction d’un marché ultramoderne qui coûtera 37 milliards de F CFA

Le vendredi 22 septembre 2017, en marge des festivités du 57è anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a procédé à la pose de la 1ère pierre du chantier de reconstruction du marché rose de Bamako. C’était au cours d’une cérémonie à laquelle ont massivement pris part les opérateurs économiques, les commerçants grossistes, demi-grossistes, détaillants et autres vendeurs à la sauvette.

-Maliweb.net- A travers la symbolique de pose de la première pierre, le chef de l’Etat, donne ainsi le ton au démarrage des chantiers de deux marchés qui se jouxtent : le marché rose et les halles aux légumes. La cérémonie s’est déroulée en présence de membres du gouvernement, des présidents des institutions de la République, le corps diplomatique. Le Gouverneur du District, les maires des six communes du District, le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, les familles fondatrices de Bamako, les associations, organisations syndicales et corporations de commerçants et exploitants du marché rose, étaient tous à la rencontre.

Le porte-parole des exploitants des deux marchés, Gaoussou Coulibaly dit Djéry, est revenu sur les cas fréquents d’incendies survenus au niveau du marché rose et les lourds préjudices causés aux exploitants. Il a transmis au chef de l’Etat toute la reconnaissance de ses mandats ; lesquels, a-t-il indiqué, remercient le gouvernement pour l’attention toute particulière accordée à ce dossier.

Adama Sangaré, le maire du District de Bamako, a évoqué les nombreux dysfonctionnements à la base de la fréquence des incendies dans ce marché important du district et par où transitent, chaque jour jusqu’à 13 000 personnes. Le maire central n’a pas manqué d’insister sur l’importance d’un projet ambitieux, appelé à mettre définitivement un terme à l’engorgement (du marché) dû, selon lui, à l’absence d’un plan de circulation cohérent ainsi qu’à pas mal d’autres dysfonctionnements liés notamment à l’anarchie, à l’incivisme de la population et à une insalubrité grandissante. «Sur le plan chronologique, nous avons noté dans la nuit du 28 au 29 aout 1993, un incendie qui a entièrement ravagé le marché ; Quelques 797 commerçants avaient perdu des biens. Avec l’appui de la caisse française de développement, le marché avait été reconstruit, à l’époque, pour un montant de 1, 195 milliards de F CFA. A cause de multiples dysfonctionnements un autre incendie a encore ravagé l’édifice dans la nuit du 20 au 21 mars 2014. C’est alors que les autorités du district se sont attelées à la recherche de partenaire technique et financier, pour trouver une solution pérenne au problème de marché», a expliqué Adama Sangaré. Le maire du District, a par la suite présenté la société PACRAY, avec laquelle la mairie du District s’est mise en partenariat afin de doter Bamako d’un marché de haut standing.

Le ministre de la Décentralisation et de la fiscalité locale, Alhassane Ag Mohamed Moussa a reconnu toute la pertinence de la reconstruction du marché rose et des halles aux légumes. Ce projet, a-t-il souligné, est l’un des plus grands chantiers initiés par une collectivité territoriale malienne ces dernières années. Le ministre de la Décentralisation et de la fiscalité locale a profité de l’occasion pour inviter la société PACRAY à faire en sorte que le projet de reconstruction du marché rose comble les attentes légitimes des bénéficiaires et respecte toutes les normes techniques et réglementaires, afin, dira-t-il, de nous éloigner définitivement des incendies et autres aléas aux multiples conséquences.

Avec une très grande attention, le Chef de l’Etat a écouté l’exposé du président de la société PACRAY, qui lui a expliqué, dans les détails, la maquette du chantier du nouveau marché rose et des halles aux légumes et ses différentes commodités.

Le chantier, selon les techniciens, nécessitera une forte demande en main d’œuvre. Avec un coût de réalisation prévisionnel estimé à 37 milliards (qui se répartissent entre la société PACRAY et des investisseurs maliens) le nouveau marché dont le chef de l’Etat a posé la première pierre, sera une gigantesque infrastructure. Qui contribuera à redonner à la ville de Bamako son lustre d’antan. Le projet sera exécuté selon 3 phases. La première phase concerne la reconstruction du marché rose qui sera doté d’un sous-sol, d’un rez-de-chaussée et de six étages. L’infrastructure de haut standing comptera, au finish, 2607 magasins, 48 kiosques et ses bandes, 10 bureaux pour l’administration du marché, une infirmerie, un poste de police et une caserne pour les Sapeur pompiers. Une grande salle de réunions et 216 toilettes seront également à la disposition des occupants du site qui sera doté d’un poste de garde et de sécurité. A travers les halles aux légumes, deuxième étape du projet, c’est encore un autre joyau qui est annoncé à côté du marché rose. Il comprendra également un sous-sol, un rez-de-chaussée et trois étages. L’infrastructure fera une capacité de 132 boucheries, 950 salles pour les commerçants et trois chambres froides pour la conservation à des produits. L’installation de trois laboratoires de contrôle, quatre dépôts de réserve et un bloc de toilettes viendront aussi renforcer la fonctionnalité d’un édifice ultra moderne. La dernière phase du projet consistera à relier les deux structures (marché rose et halles aux légumes) par la construction d’un tunnel qui offrira, à son tour, suffisamment d’espace aux exploitants. Il y est notamment prévu la réalisation de plus trentaine de boutiques (39 magasins plus exactement) en plus d’une grande salle de prière et trois blocs de toilettes.

Papa Sow

Source: maliweb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest