Accès à l’eau potable : Le calvaire des populations des quartiers périphériques de Bamako

L’accès à l’eau potable est une véritable course de combattant pour les populations des quartiers périphériques de Bamako.

La capitale malienne est loin d’être approvisionnée à 100% en eau potable. Précisément les quartiers périphériques appelés quartiers critiques  comme Djanguinébougou Wèrèda, Sikoro, Mekin Sikoro, Sikoro Kadobougou en communes I, N’gomi, Binabougou en commune II, Kalabambougou, Taliko en commune IV et Sirakoro Dounfing en commune III.

A Dialakorobougou, Banconi Plateau, Doumanzana en commune I du district de Bamako, la situation est très critique. Il faut veiller pour avoir de l’eau potable. Les femmes veillent pour se procurer de l’eau qui n’est disponible qu’entre 1 h et 3 heures du matin. « Mes enfants et moi sommes obligés de rester éveillés jusqu’à 1heure pour pouvoir remplir nos récipients, bidons et autres. Nous n’avons que deux heures sur 24 heures pour avoir accès à l’eau potable », témoigne Astan Sidibé, ménagère à Doumanzana. C’est le même calvaire à Dialakorodji, Lafiabougou, Bougoudani et Taliko. « Nos bonnes sont déjà formatées pour ça, car elles ne dorment pas avant que l’eau ne soit disponible dans les robinets vers 02 heures du matin », souligne Habibatou  Sanogo.

Cette situation interpelle fortement le ministre de l’Energie et de l’Eau qui doit prendre des dispositions urgentes avant la période de canicule qui commence à s’installer.

Modibo L. Fofana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest