Réunion annuelle des Services en charge des Routes : Le Ministre met en garde les entreprises de construction

Au cours de la traditionnelle réunion annuelle des services des routes, le Ministre de l’équipement, des transports et du désenclavement, Mme Traoré Seynabou Diop, a menacé de contraindre toute entreprise qui n’exécuterait pas convenablement les travaux à les reprendre jusqu’à l’atteinte des résultats escomptés. C’était le 8 décembre au siège de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) en présence des responsables des services rattachés à son département et des partenaires techniques et financiers.seynabou-diop-001
Cette réunion annuelle des routes offre l’occasion aux différentes structures du département de se retrouver pour faire l’analyse des difficultés et problèmes rencontrés au cours de l’année écoulée, d’évaluer la portée et les impacts des actions menées et enfin de partager les pistes de solutions pour plus d’efficacité et de résultats dans les interventions.
Selon le ministre Mme Traoré Seynabou Diop, l’année qui s’achève a vu l’exécution de plusieurs projets de désenclavement intérieur et extérieur du pays. Il s’agit du bitumage de la route Tominian-Bénéma-frontière Burkina Faso, longue de 33 km, le bitumage de la route Niafunké-Tonka-Goundam-Diré-Tombouctou longue de 198 km et le bitumage de la route Banamba-Touba longue de 13 km. D’autres projets sont en exécution parmi lesquels on peut citer les travaux d’aménagement en 2×2 voies de la route Bamako-Koulikoro et ses voies d’accès ; les travaux de construction du pont de Kayo sur le fleuve Niger à Koulikoro et ses voies d’accès et de la route d’accès à Mafélé ; les travaux de construction de la route Niono-Goma Coura ; les travaux de construction de l’échangeur au carrefour de la route de Markala à Ségou et l’aménagement de 10 km de voiries urbaines dans la ville de Ségou, etc. Il est prévu le lancement des chantiers de construction et de réhabilitation de neuf autres axes à travers le pays dont le financement est assuré par le budget national à hauteur de 169 milliards FCFA.
A en croire le ministre, au premier semestre 2016, le fonds d’entretien routier a alloué une enveloppe budgétaire globale de 27,3 milliards FCFA à l’entretien courant et périodique afin de préserver le patrimoine routier. Ces ressources ont permis l’entretien de plus de 8 665 km de routes prioritaires dont 4 822 km de routes revêtues.
« Je demande instamment de bien choisir les entreprises, les bureaux d’études et les responsables chargés de la supervision des travaux afin d’optimiser notre productivité sur le terrain. Dorénavant, toute entreprise qui n’exécuterait pas convenablement les travaux devra être contrainte de reprendre jusqu’à l’atteinte des résultats escomptés. Dans le cas contraire, il nous reviendra d’agir en conséquence et conformément au code des marchés publics et délégations de services publics », a prévenu madame le ministre.
Daouda T. Konaté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest